Quand le cinéma donne envie de changer le monde...

Migrations d’hier et d’aujourd’hui

Aller et venir, à l’échelle de sa ville, de son territoire, de son pays, du monde entier... Quitter un lieu où l’on vit pour se diriger vers l’inconnu... Les hommes ont toujours traversé les frontières, visibles ou invisibles, pour des raisons politiques, économiques, environnementales ou tout simplement sociales et humaines. Pourtant, aujourd’hui, de plus en plus de murs sont érigés contre cette liberté de circuler, entravant la notion de citoyen du monde. À travers le prisme des questions migratoires, il sera ici question d’histoire, de droits humains et de liberté.

  • Caixa D’água: Qui-lombo é esse?, 2012

    Quartier Getulio Vargas, Aracaju, Sergipe, un des plus importants quilombos actuels. A travers le témoignage d’habitants et d’images d’archives, ce court-métrage montre l’importance de la culture noire transmise par les esclaves et leurs descendants.

  • Dem walla dee : "Partir ou mourir", 2007

    "Partir ou mourir", c'est le leitmotiv des Sénégalais qui partent clandestinement dans des chaloupes pour rejoindre l'Europe qui verrouille ses frontières. Par delà les récits poignants recueillis à Dakar pendant l'été 2007 de ceux qui ont essayé d'émigrer et qui ont été ramenés en avion au Sénégal, ce documentaire nous fait découvr

  • Dernier caravansérail (Le), 2006

    À partir des témoignages d’une cinquantaine de réfugiés venus de tous les horizons, Ariane Mnouchkine et les comédiens de sa compagnie du Théâtre du Soleil ont tissé une vaste épopée sur les exilés de notre monde moderne.

  • It’s a free world, 2008

    Une jeune femme, qui vient de se faire licencier, décide d’ouvrir une boîte d’intérim et emploie des immigrés. Très vite, elle devient elle même celle qui exploite les ouvriers…

  • Mbëkk mi, le souffle de l’océan, 2012

    Mbëkk mi… Deux mots wolof qui évoquent l’émigration clandestine. L’expression claque telles ces pirogues qui se cognent aux vagues de l’océan et se fracassent souvent au bout de leur errance. Mais Mbëkk mi, c’est avant tout le refus de se résigner aux coups meurtriers du destin. Si ces jeunes Sénégalais dans la force de l’âge affrontent mille périls, c’est dans l’espoir d’une vie meilleure. Que se passe-t-il de l’autre côté du désastre ?

  • Mémoires d’immigrés, 1997

    Reconstituer le passé d’une communauté, en suivant le parcours de quelques-uns de ses membres, et lui éviter la dangereuse tentation d’un repli sur elle-mêmes : tel est le pari de la trilogie «Mémoires d’Immigrés».

  • Regards croisés sur les migrations, 2012

    En 2011, des collégiens isérois et sénégalais (région de Tambacounda) sont allés à la rencontre de migrants vivant à côté de chez eux. Ils les ont interviewés et filmés. Le film croise ces histoires personnelles de migrants ayant choisi de quitter leur pays pour vivre soit au Sénégal soit en France.

  • Ulysse clandestin ou les dérives identitaires, 2010

    Les universitaires et chercheurs interviewés étaient membres du collectif pour la suppression du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire. Ils expliquent leurs raisons et nous font comprendre les enchaînements qui ont conduit à ce qu'ils estimaient être une régression et le contex

  • Un aller simple pour Maoré : Bienvenue en Françafrique, 2009

    Entre Afrique et Madagascar, en plein canal du Mozambique, l'île de Mayotte (Maoré) a été conservée par la France lors de la décolonisation des Comores en 1975. Mais au regard du droit international, la zone qui sépare Mayotte des autres îles ne constitue même pas une frontière. En 1995, le gouvernement Balladur y a pourtant restreint la

Pour aller plus loin, nous vous conseillons les recherches suivantes :
migration, exil, réfugié, démographie, coopération internationale, asile, coopération